Sacré bonhomme

bonhomme film affiche

Après le singulier « Et ta soeur », Marion Vernoux revient au cinéma avec « Bonhommme », un ovni sans parti pris qui fait du bien au cinéma français.

Bonhomme : un amour indéfectible

Piotr, Nicolas Duvauchelle est  traumatisé crânien suite à un choc au front dont il subit les conséquences de plein fouet, à l’instar du pare brise qui les lui a causées. Il a une libido hors de contrôle, à la limite du priapisme et, comme les animaux, il ne peut se retenir. A ses côtés, la présence indéfectible de sa compagne Marylin (Ana Girardot). A ses côtés, elle se bat. A ses côtés, elle fait front (sans mauvais jeu de mot) et surtout, elle est le passé qu’il a oublié, son lien avec lui-même. Outre le handicap de Piotr, Marylin doit aussi affronter la mère du jeune homme qui tente à tout prix de le récupérer pour potentiellement toucher les indemnités de son handicap.

ana girardot et nicolas duvauchelle bonhomme

Bonhomme : un point de vue enfantin

Ce qui séduit dans ce film, c’est la fraîcheur, presque candide, avec laquelle est traitée le scénario. On n’y juge pas la prostitution mais on la voit juste comme un banal plan B : le prostitué étant bien entendu le priapisme Piotr. Là-dessus, on n’émet aucun jugement. On pose le mot sur la situation mais dénué de parti pris. C’est toute la force de ce film : on a l’impression d’avoir le point de vue d’un enfant, qui ne juge pas des situations sous le prisme de la moralité, de l’éducation. Et c’est un sentiment follement libertaire que de pouvoir goûter à cette désinvolture, dans le cadre qui est fixé par la trame scénaristique.

Bonhomme incarné par un Duvauchelle méconnaissable

Nicolas Duvauchelle est tout bonhomment saisissant dans ce rôle : il incarne un jeune homme sans filtre, complètement enfantin. C’était tout à fait pertinent de penser à lui pour le personnage car on l’aurait difficilement imaginé capable d’être crédible et pourtant, on lui a donné la possibilité de prouver le contraire à tous ceux qui, comme moi, ne soupçonnaient pas l’étendue de sa palette de jeu. Ana Girardot est parfaite dans son rôle de petite amie courage, qui ne s’oublie pas néanmoins et qui révèle une force insoupçonnée. Leur couple est charnel, tendre, fusionnel et on a beaucoup de plaisir à les voir se redécouvrir…

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *